• Hélie B.

Biographie : la fin d'une histoire...

Et voilà ! la dernière rencontre avec ma biographée vient de se terminer. Bien sûr, le livre n’est pas encore tout à fait achevé, mais nous n’allons plus nous revoir pour travailler ensemble autour de l’histoire d’Anne-Marie. Je m’arrête, au sens propre, au bord de la route pour écrire à mon tour sur la fin de cette aventure.

Ma première biographie m’avait pris neuf mois, le temps d’une grossesse, et j’avais aussi vécu ce temps de transition qui s’apparente à une mini-déprime post-partum… Ma seconde biographie a duré douze mois, parce que les entretiens devaient se tenir à un rythme différent. J’éprouve un pincement au cœur et j’ai du mal à laisser cette histoire de vie derrière moi : je l’ai écrite, mais elle ne m’appartient pas. Lâcher prise…

Alors que je rectifiais un dernier paragraphe, j’ai questionné ma cliente sur son ressenti par rapport à l’aventure de près d’un an que nous venons de vivre ensemble. Elle a eu l’air surprise : ravie d’avoir pu bénéficier de mon aide car cette grande raconteuse d’histoires n’a pas l’âme d’une secrétaire. Elle a aussi ajouté qu’elle était dépositaire d’une histoire qu’elle devait transmettre - c’est chose faite à présent - et que son histoire allait suivre un autre cours. Comme c’est juste ! Chaque lectrice ou lecteur va pouvoir y puiser ce qui fait écho pour sa vie, son histoire. L’histoire va être à la fois sujet et objet de nouvelles discussions familiales, ou de liens sociaux. Elle va se dire différemment, puisqu’elle existe sous forme d’un récit de vie, écrit.

13 vues