• Hélie B.

Un écrivain public à Oullins...


...ou comment ne plus passer inaperçu !

Mettre ses mots au service des autres, c’est forcément accepter d’être la femme invisible… et c’est très bien comme ça ! Sauf qu’il faut aussi savoir sortir de l’ombre pour que les autres sachent que vous êtes là… pour eux.


Le bouche-à-oreille est certes la meilleure des promotions : la confiance que les personnes m'accordent permet à de nouvelles portes de s’ouvrir et c’est un pas de plus gagné sur l’isolement… ou dans la lutte contre des situations difficiles qui s’aggravent. Mais pas que ! Cela peut aussi être un simple coup de pouce pour compléter un formulaire ou régler un litige, un besoin d’un autre regard sur un CV, une reformulation d’un courrier familial…

J’aimerais mettre en place une permanence d’écrivain public sur la commune, afin que le plus grand nombre puisse accéder à ce service à moindre coût. Beaucoup de retraités sur ma ville et de plus en plus de services dématérialisés, comme partout en France : il faut dépoussiérer l’image de l’intervention sociale, pour que le champ d’action de l’écrivain public soit reconnu, ici, comme il l’est en région parisienne ou dans le nord de la France.

C’est pour ça que je me fais violence : plus on parlera de mes activités, plus le métier d’écrivain public sera connu et plus les personnes oseront s’adresser à lui – ici ou ailleurs — pour les aider dans leurs démarches administratives diverses. J’en fais le pari !


#ecrivainpublic